Environnement technique

Le coeur d'efluid repose sur une architecture J2EE en couches, découplant notamment :

  • L'interface utilisateur, de type client léger et accessible donc au moyen d'un navigateur Web (ex: microsoft Internet Explorer)
  • Les services métier mis en oeuvre par un serveur d'application J2EE
  • L'accès aux données

Les choix natifs d'architecture logicielle et matérielle d'efluid ont été effectués en privilégiant certaines caractéristiques parmi lesquelles :

  • Respect des standards par l'utilisation exclusive des composants J2EE pour le noyau applicatif.
    Les logiciels majeurs utilisés sont parmi les plus éprouvés et les plus répandus de leur catégorie;
  • Simplicité de l'architecture : le développement est fait à base de pages HTML / CSS / JSP / Taglib et de code Java;
  • Portabilité : efluid se veut neutre par rapport au choix d'architecture matérielle et logicielle mis en oeuvre par nos clients.
    En effet, les choix matériels peuvent être très différents, monde Windows, monde Unix avec ses variantes constructeurs (HP, IBM, Sun Microsystems).
    Il en est de même pour les briques logicielles comme les serveurs d'applications.
    Tout serveur d'applications J2EE peut être utilisé pour assurer la gestion des services Métier (ex: ORACLE Weblogic, IBM WebSphere, etc.);
  • Capacité à monter en charge : efluid est conçu pour fonctionner sur des environnements matériels simples ou plus complexes selon les performances à atteindre et le niveau de disponibilité souhaité (architecture redondante, cluster, etc.);
  • Internet / Extranet / Intranet : efluid est conçu sur une architecture Internet qui offre toute la souplesse d'utilisation liée à cette technologie pour permettre une utilisation multi sites d'une part et un accès indirect au système par l'intermédiaire d'un portail client ou d'une agence en ligne (espace web client).
    efluid est conçu pour permettre un déploiement sur les diverses plate-formes matérielles permettant de s'adapter à toute contrainte de sécurité (DMZ, VLAN, pare-feu).

Le schéma ci-dessous présente un exemple d’architecture matérielle pour efluid :